488429_488637268_crepechandeleur_H163630_L

 


C’esteut l'nut dè Noyé. Li Mame féve des bouquettes.
Et tos les p’tits effants, rassonnés dilé l’feu,
Rin qu’à houmer l’odeûr qui montéve del pêlette,
Si sintient l’èwe al boque et s’ralètchient les deugts.

Qwand on costé del pâsse esteut djusse à l’idèye,
Li mame prindéve li pêle, elle hoyéve on p’tit cop,
Et puis houp ! li bouquette è l’air féve ène dimèye
Et d’vins l’mitan del pêle ritouméve cou-z-â haut.

— « Lèyiz’-m’on po sayi ! brèya li p’tite Mardjène
Dji wadge dè l’ritourner d’adreut dè prumi cop !
Vos-alez vèye, Nosse Mame ! » Et volà nosse glawène
Qui prind l’pêle à deux mains, qui s’abahe on p’tit po,
Et rouf ! di totes sès fwèces elle èvole li bouquette…

Elle l’èvola si bin qu’elle n’a mây ritoumé !
On qwèra tos costés, so l’armâ, podri l’pwette ;
On n’ritrova mây rin ! Ouisse aveut-elle passé ?
Tot l’monde se’l dumindéve, èt les c’méres dè vinâve
Si racontient tot bas, al nut, âtou dè feu,
Qui c’esteut seûr li Diâle qu’esteut catchi d’zos l’tâve
Et qui l’aveut magni sins fé ni ène ni deux…

L’hiviér passa. L’osté ramina les verdeûres
Et les fiesses di pârotche âs djoyeux crâmignons.
Tot l’monde aveut dèdja rouvi ciste avinteûre
Qwand li mére d’a Mardjène fa r’blanqui ses plafonds.

Volà don l’bwègne Colas, blanquiheux sins parèye,
Qu’arive avou ses breusses, ses hâles et ses sèyês.
I c’minça dè bodji les p’titès bardah’rèyes
Qu’estient avâ l’manèdge ; i wèsta les tâvlês
Qui pindient so les meûrs ; puis, montant so s’halette,
I d’pinda l’grand mureu qui hâgnive so l’djîvâ…

Et c’est podri l’mureu qu’on r’trova nosse bouquette
Qu’esteut là d’poy six meus, co pus deûre qu’on vi clâ,
Neûre come on cou d’tchapê, reûde èco pé qu’ine bèye,
Frèsèye come ène vèye catche et, âdzeu d’tot çoulà,
Tote coviète di strons d’mohes, et tel’mint tchamossèye
Qu’elle aveut des poyèdges co pé qu’ène angora !